ICOM France

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

accueilActivitésICOM FranceAssemblées générales › Journée professionnelle et AG 2016

Journée professionnelle et AG 2016

 


Musées et paysages culturels : le monde muséal interpellé par la charte de Sienne

Du 27/05/2016 au 27/05/2016

Palais du Luxembourg

15 ter rue de Vaugirard, 75006 Paris

Vendredi 27 mai 2016 - De 9h à 13h


Rencontre ICOM France organisée sous le parrainage de Mme Françoise Cartron, sénatrice de la Gironde et Vice-présidente du Sénat.


Edit : Le nombre de places étant limité, les inscriptions pour assister à la rencontre professionnelle sont désormais closes.

Accès au site sur présentation d'une pièce d'identité

Le 7 juillet 2014, le Comité italien de ICOM diffusait La Charte de Sienne, un manifeste consacré à la relation entre « Musées et paysages culturels ». Ce texte court a pour ambition de nourrir la problématique de la thématique centrale de la 24e Conférence générale de l’ICOM convoquée à Milan en juillet 2016. La réflexion proposée, au-delà de ses perspectives susceptibles de trouver un écho au sein de la communauté muséale dans sa plus large acception, revêt une dimension politique ancrée dans le « paysage » muséal, et, plus largement patrimonial – voire culturel – de l’Italie. Le comité italien de l’ICOM, désireux d’ouvrir un dialogue réflexif sur ces questions avec d’autres comités nationaux, s’est rapproché du comité français afin d’évaluer les échos du questionnement proposé au sein de son propre paysage muséal et patrimonial national.

En réponse, le comité français de l’ICOM a constitué un groupe de travail pour repérer quelques situations françaises pouvant être caractérisées comme des réalisations concrètes des préconisations exprimées dans la Charte de Sienne. Cet inventaire d’un certain nombre de cas souligne d’abord les écarts entre les cultures française et italienne sur le plan de l’organisation administrative et réglementaire du patrimoine et des musées. Cela réduit significativement les constats de transversalité entre les deux situations nationales. Mais cet inventaire permet aussi de relever, indépendamment de sa forme utopique, la pertinence des constats de blocages et les convergences analytiques et éthiques vers l’avènement d’une nouvelle rationalité gestionnaire du patrimoine des territoires : plus économe en moyens, mais aussi plus efficace et homogène sur le plan de la maîtrise professionnelle et scientifique des contenus, donc plus satisfaisante vis-à-vis des services éducatifs et culturels rendus aux publics. 

La préconisation italienne est de fonder cette réorganisation sur l’institution muséale en lui accordant une place centrale. Le Comité français ne peut que s’associer à ce geste professionnel volontariste et militant. Cette réflexion ouverte dans l’espace national revêt un intérêt tout particulier à l’heure de la réforme territoriale française. La nouvelle géographie des régions, les logiques d’intercommunalité et l’émergence de métropoles conduisent à imaginer de nouvelles stratégies politiques gestionnaires, y compris dans les domaines du patrimoine, des institutions muséales et, naturellement, des paysages. Une interpellation des différentes compétences professionnelles concernées autour de ces nouveaux défis s’impose. 

C’est ce que le Comité national français propose pour préparer la Conférence générale de Milan. Cette rencontre préparatoire a pour ambition d’installer un dialogue entre les professionnels du monde muséal et les élus. Plusieurs parlementaires ont accepté de participer à cette rencontre professionnelle, accueillie à la présidence du Sénat au Palais du Luxembourg.

3e journées d'étude sur la déontologie et AG 2015

Du 28/05/2015 au 30/05/2015

« Circulation des collections : risquer pour exister ? »

MuCEM, Marseille

 

Les troisièmes journées d’étude sur la déontologie, organisées par le Comité français de l’ICOM et le Service des musées de France, auront lieu les jeudi 28 et vendredi 29 mai 2015, à l’auditorium du MuCEM à Marseille, à l’occasion de l’Assemblée générale annuelle d’ICOM France.

Sur le thème : « Circulation des collections : risquer pour exister ? », ces troisièmes journées rassembleront des intervenants du Ministère de la culture, des responsables de musées et de collections, des chercheurs et des professionnels indépendants.

Trois tables-rondes seront consacrées à des thèmes spécifiques : « Propriété des collections : origine et légitimité » ; « Surexploitation : vie et survie des collections » ; « Solutions innovantes : diffuser autrement ».

Les inscriptions sont closes depuis le 20 mai 2015

2e Journées d'étude sur la déontologie

Du 25/11/2013 au 26/11/2013

"Déontologie des collections publiques : intérêt général et acteurs privés"
Paris, Auditorium de l'Institut national d'histoire de l'art

Dans la continuité de la première journée d’étude qui a eu lieu en 2012 sur le thème : « Déontologie du patrimoine et des musées : historique et questionnement », le Comité français de l’ICOM et le Service des musées de France organisent une deuxième rencontre intitulée : « Déontologie des collections publiques : intérêt général et acteurs privés ».

Ces quinze dernières années, l’évolution des musées s’est accompagnée d’une externalisation croissante de certaines missions jusque-là dévolues aux agents publics. Des problématiques nouvelles sont apparues qui questionnent la déontologie professionnelle : devoir de transparence dans les acquisitions et recherche de souplesse dans les modes de gestion mais aussi recours à des opérateurs privés, privatisation des espaces, besoin accru de rentabilité, effets contraignants des marchés publics, poids du mécénat et des partenaires privés. Quel est l’impact de ces nouvelles pratiques sur les œuvres, les institutions et les publics ?

Ces rencontres se dérouleront les 25 et 26 novembre 2013 à l’auditorium de l’Institut national d’histoire de l’art, à Paris, et rassembleront des professionnels de musées, des chercheurs, des prestataires, des acteurs du marché de l’art et des étudiants. Chacune des trois demi-journées sera consacrée à un thème spécifique : la traçabilité des collections, les acteurs de la chaîne opératoire des collections et l’utilisation des collections publiques.

 

Lundi 25 novembre 2013

14 h – 18 h : LA TRAÇABILITÉ DES COLLECTIONS

Modérateur : un journaliste de l'Association des journalistes du patrimoine

Mot d’introduction
Denis-Michel Boëll, conservateur général du patrimoine, président d’ICOM France

Traçabilité des biens culturels : état de la question au Ministère de la culture
Claire Chastanier, adjointe au sous-directeur des collections, Service des musées de France

De la provenance en matière de ventes publiques
Alexandre Giquello, commissaire-priseur, Etude Binoche et Giquello

Recherche de provenance et du trafic dans les ventes aux enchères publiques
Catherine Chadelat, présidente du Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques

Actualités et débats autour du marché de l’art amérindien
André Delpuech, conservateur en chef du patrimoine, responsable des collections des Amériques, Musée du quai Branly

La restitution des biens culturels : l’exemple de la Grèce
Souzana Choulia-Kapeloni, chef de la Direction de la documentation et de la protection des biens culturels, Ministère de la culture et des sports de Grèce

18 h – 19 h : cocktail de bienvenue

 

Mardi 26 novembre 2013

9 h – 13 h : LES ACTEURS DE LA CHAÎNE OPÉRATOIRE DES COLLECTIONS

Modérateur : Denis-Michel Boëll, conservateur général du patrimoine, président d’ICOM France

Croiser compétences internes et prestations extérieures : un chantier des collections permanent au Museon Arlaten
Dominique Séréna-Allier, conservateur en chef du patrimoine, directrice du Museon Arlaten, Arles

Est-il possible de faire un traitement de conservation-restauration éthique dans le cadre des marchés publics ?
Danièle Amoroso, conservateur-restaurateur d’œuvres peintes
Amélie Méthivier, conservateur-restaurateur de sculptures, animatrice du groupe de travail sur les marchés publics de la Fédération Française des professionnels de la Conservation Restauration

Le constat d’état : l’œuvre a-t-elle une valeur ou un prix ?
Jacques Lemoine, directeur Fine Arts chez Gras Savoye
Elsa Vigouroux, conservateur-restaurateur de peintures indépendante

Quelques questions posées par les fondations : l’exemple de la Fondation Maeght
Olivier Kaeppelin, directeur de la Fondation Maeght, Saint-Paul-de-Vence

The importance of knowing your purpose
Damien Whitmore, director of programming, Victoria and Albert Museum, Londres

14 h – 14 h 30 : accueil café

14 h 30 – 17 h 30 : L’UTILISATION DES COLLECTIONS PUBLIQUES (table-ronde)

Modérateur : Jacques Sallois, président de la Commission de récolement des dépôts d’œuvres d’art

Catherine Chevillot, conservateur général du patrimoine, directrice du Musée Rodin
Jérôme Clément, président de la maison de vente PIASA
Maximilien Durand, directeur du Musée des tissus et des arts décoratifs de Lyon
André Gob, professeur de muséologie, Université de Liège
Isabelle Leroy-Jay-Lemestre, conservateur en chef du patrimoine honoraire, Musée du Louvre, Département des sculptures
Pascal Neveux, directeur du FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur, Marseille

17 h 30 – 18 h :
Clôture des journées d’étude
Marie-Christine Labourdette, directrice, chargée des musées de France
Denis-Michel Boëll, conservateur général du patrimoine, président d’ICOM France

 

Les inscriptions sont closes depuis le 18 novembre 2013

1ere Journée d'étude sur la déontologie

Le 21/03/2012

"Déontologie du patrimoine et des musées : historique et questionnement"
Paris, Auditorium de l'Institut national d'histoire de l'art

Vingt cinq ans après la première publication du Code de déontologie de l’ICOM - Conseil international des musées, en 1986, le Comité national français de l’ICOM et le Service des musées de France organisent une journée d’étude sur la déontologie dans les musées de France, et plus largement sur l’éthique des professionnels des patrimoines et du marché de l’art.

En effet, le début des années 2000 a vu se multiplier les codes de déontologie professionnels (conservateurs du patrimoine, conservateurs-restaurateurs, médiateurs, etc.) au moment où des changements profonds sont intervenus dans la gestion patrimoniale : externalisation des services, multiplication des partenariats, judiciarisation des pratiques. Quels sont les enjeux et les limites de ces codes de déontologie ?

Cette première journée d’étude se déroulera le 21 mars à l’Institut national d’histoire de l’art, à Paris, et rassemblera des intervenants du Ministère de la culture, des juristes, des professionnels indépendants et des acteurs du marché de l’art. La matinée s’efforcera de rappeler ce qu’est un code de déontologie, quelle est l’histoire de la notion et comment la déontologie muséale peut s’imposer aux partenaires des musées. L’après-midi sera consacrée à une table-ronde sur les pratiques professionnelles.


PROGRAMME

9 h : accueil des participants

9 h 30 – 13 h : Déontologie : bilan et perspectives

Mot d’introduction
Philippe Bélaval, directeur général des patrimoines

De la déontologie du fonctionnaire à la déontologie muséale et patrimoniale, des grands principes à quelques cas pratiques ou cas de conscience...
Christopher Miles, secrétaire général adjoint du Ministère de la culture et de la communication

Evolution et impacts du Code de déontologie de l’ICOM : bilan historique
Jean-Yves Marin, directeur des Musées d’art et d’histoire de Genève

11 h – 11 h 30 : pause café

Frontières et extensions normatives de la déontologie dans le domaine des musées et du patrimoine
Vincent Négri, chercheur au CNRS

Ethique et déontologie : origine et effets du cadre international
Isabelle Vinson, rédactrice en chef de la revue Museum International, UNESCO

Marché de l’art et régulation des opérateurs
Catherine Chadelat, présidente du Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques

13 h – 14 h 30 : pause

14 h 30 – 17 h 30 : Table-ronde : Retour d’expériences

-    Philippe Limouzin-Lamothe, président de l’Observatoire du marché de l’art et du mouvement des biens culturels
-    Monica Martelli-Castaldi, présidente ECCO (Confédération Européenne des Organisations de Conservateurs-Restaurateurs)
-    Christiane Naffah-Bayle, directrice scientifique, Centre des monuments nationaux
-    Evelyne Schmitt, conseiller pour les musées, DRAC Bretagne
-    Michel Van Praët, directeur du projet Musée de l’Homme

16 h – 16 h 30 : pause café

Clôture de la journée
Marie-Christine Labourdette, directrice, chargée des musées de France
Denis-Michel Boëll, président ICOM France

 

Modérateur de la journée : Maître Bernard Jouanneau, avocat au Barreau de Paris

 

Entrée libre dans la limite des places disponibles
Inscription obligatoire : formulaire ci-dessous à nous retourner à contact@icom-musees.fr

 

Deux dossiers sont téléchargeables ci-dessous :
- un dossier documentaire avec les différents codes de déontologie professionnels,
- une bibliographie réalisée par le Centre de documentation du Service des musées de France.
Le Centre de documentation du Service des musées de France de la Direction générale des patrimoines est ouvert du mardi au jeudi de 14h à 18h sur rendez-vous. Il est situé 6, rue des Pyramides - F-75041 Paris cedex 01. Contact : doc-mf.dgpat@culture.gouv.fr